Musée d'Art, Histoire et Archéologie d'Evreux

Musée d’art, histoire et archéologie

Le musée d'Art, d'Histoire et ArchéologieFondé en 1873, le musée d’Evreux est installé depuis 1961 dans l’ancien palais épiscopal, édifice bâti vers 1600 sur l’enceinte du Bas empire romain par Raoul du Fou (évêque d’Evreux de 1479 à 1511).

Le musée d'Evreux présente de riches collections propres à satisfaire les goûts et les intérêts les plus variés. L’archéologie, avec plusieurs pièces majeures telles les célèbres statues de bronze de Jupiter et d’Apollon, se développent en regard du rempart gallo-romain (IIIème siècle après J.-C.).Installé dans l’ancien palais épiscopal (fin XVème), le musée est doté d’une belle collection relative à l’histoire de l’évêché (orfèvrerie et sculpture médiévale et Renaissance) et présente son fonds d’arts décoratifs, de mobilier et de peinture (Flandres, Hollande, Italie, France) dans ses salons XVIIème, XVIIIème et XIXème siècles. Le musée d’Evreux conserve aussi un important ensemble d’œuvres de la seconde moitié du XXème siècle avec des œuvres d’artistes majeurs tels Simon Hantaï, Zao Wou-Ki, Pierre Soulages, Hans Hartung notamment (non visible de juin à décembre 2013).

Régulièrement, le musée présente des expositions temporaires et participe à des événements culturels d’envergure nationale (Journées Européennes du Patrimoine, Nuit des musées, etc.). Tout au long de l’année, un programme d’activités est élaboré afin de découvrir la richesse des collections allant du paléolithique au 21ème siècle.

Contact : Musée d’art, histoire et archéologie, 6 rue Charles Corbeau, 27000 Évreux.
Tél. 02 32 31 81 90 | Fax. 02 32 31 81 99 |
musee.mairie@evreux.fr

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h | Entrée gratuite | Fermé les 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, 11 novembre et 25 décembre.

Attention ! La salle archéologique du musée est fermée pour travaux.

Les collections se déploient sur quatre niveaux

  • De très belles salles d’archéologie, dont la scénographie laisse voir le rempart gallo-romain vestige de l’antique cité, abritent les témoins de l’occupation humaine dans la région de la préhistoire au Haut Moyen Age. La collection de bronzes romains parmi lesquels une grande statue de Jupiter est particulièrement remarquable (sites majeurs d’Evreux et du Vieil-Evreux).
  • Au rez-de-chaussée, les deux premières salles sont consacrées à l’histoire locale, puis l’ancienne salle capitulaire accueille les collections médiévales dont une très belle série d’albâtres.L’accès aux étages se fait par un escalier à vis.
  • Le premier étage rassemble les collections de peinture, de céramique et de mobilier des XVIIe et XVIIIe siècles. On y remarque des œuvres de Jean François de Troy (1679-1752), Jean Tassel (1608-1667), Charles Alphonse Dufresnoy (1611-1668), Alessandro Magnasco (1667-1749), ainsi qu’une importante collection d’horlogerie.
  • L’art du XIXe siècle est présenté au second étage dans les deux salons verts. On y trouve un ensemble de peinture assez complet dont Bassin de l’Eure au Havre par Eugène Boudin, des sculptures de Rodin, Gérôme,…
  • Dans les deux grandes salles suivantes, l’art du XXe siècle est essentiellement représenté par des œuvres de l’abstraction des années 50/70: Joan Mitchell, Judith Reigl, Pierre Soulages, Pierre Tal Coat, et par des œuvres interrogeant la relation écriture/peinture : Jean Degottex, Hans Hartung, Henri Michaux…

Les Amis du Musée

Créée en 1981, l’Association des Amis du Musée d’Évreux (AAME) soutient depuis près de 30 ans les activités du musée en s’engageant, aux côtés de l’équipe de la conservation, dans des opérations de restauration et en participant à l’enrichissement de ses collections.

Forte de 340 membres, l’AAME a financé les projets du musée à hauteur de 35 000 euros depuis les trois dernières décennies. L’examen rétrospectif porté sur ces nombreuses années de soutien confirme une grande proximité entre l’association et le musée. En 1985, lorsque le musée souhaite enrichir sa présentation de l’histoire locale, les Amis se portent acquéreurs du Drapeau de Dupont de l’Eurequi illustre la position de l’homme d’État, originaire du département, dans le gouvernement issu de la révolution de 1848. Dans les années 1990, quand l’équipe de la conservation s’engage dans la valorisation de ses collections d’arts décoratifs, l’AAME soutient notamment la restauration et la remise en état de plusieurs pendules du xviiie siècle et de pièces de mobilier. Depuis les années 2000, les Amis aident le musée dans sa volonté d’enrichir les collections de peinture et d’art graphiques relatives à l’histoire locale, et en particulier au château de Navarre. Ainsi de l’acquisition en 2008 d’une miniature sur ivoire de Jean-Baptiste Massé (1687-1767) représentant le Portrait du duc de Bouillon devant le château de Navarre(vers 1749).

Plus récemment, l’association a accompagné le projet de restauration du fonds Chauvel (2013) et contribué à son enrichissement avec le don en 2014 d’un ensemble de 13 gravures de l’artiste. L’année 2014 fut également marquée par le soutient à la restauration des dessins de Charles-François Brunier (1809-1872) dans le cadre de l’exposition Sur la route d’Italie, peindre la nature d’Hubert Robert à Corot et l’acquisition pour le compte du musée d’une belle esquisse de Charles Denet pour son célèbre tableau Les pileurs de cidre.

Si vous souhaitez rejoindre l’Association des Amis du Musée d’Évreux ou être informés des nombreuses activités qu’elle propose (visites, conférences, voyages et ballades), pensez à visiter leur site Internet ici

Contact
Hubert DRIEU, président de l’AAME
hubert.drieu@orange.fr

Les expositions en cours

La grande illusion - cinq propositions de Michel Aubry

Du 10 novembre 2018 au 17 février 2019

Les vestiges collectés en forêt sont passés par une osmose entre la nature, les feuilles, les herbes, les fleurs, les champignons, et les projectiles déformés qui ont pris la couleur de la terre. On se demande si c’est une balle ou un caillou, une racine ou un éclat d’obus. Dans les gestes de l’enfance, tout cela est lié au ramassage dans les bois, et tout à coup, on découvre ces déchets qui piquent la curiosité. Les fragments métalliques sont refroidis par presque un siècle de reprise de la nature sur des sites qu’on avait cru anéantis. Ce refroidissement me parait essentiel pour quelqu’un qui n’a connu ni la guerre de 1870, ni celle de 14-18, ni la Seconde Guerre mondiale.

Michel Aubry

Dans le cadre du centenaire de l’armistice de la Grande Guerre, le musée d’Art, Histoire et Archéologie présentera plusieurs pièces du sculpteur Michel Aubry. L’artiste, né en 1959, est ancien pensionnaire à l’Académie de France à Rome (Villa Médicis). Il enseigne aujourd’hui à l’École des Beaux-arts de Nantes et son oeuvre est présente au sein de nombreuses collections publiques (Fonds national d’Art contemporain, nombreux Frac, Musée d’art contemporain de Lyon et de Strasbourg, Mobilier national).

L’oeuvre de Michel Aubry est à la croisée de plusieurs obsessions qu’il mêle et démêle, entrecroise, couvre et redécouvre, orchestre et interroge. Volontiers chimérique, son univers est peuplé de personnages extraits d’un panthéon artistique devenu matriciel à son oeuvre (Beuys, Rodchenko, Melnikov, Dürer, Von Stroheim) ; ce monde est régi selon les principes d’une histoire naturelle élaborée par l’artiste lui-même tel un démiurge facétieux aux prises avec une théorie mathématique - à moins qu’il ne s’agisse d’un code génétique - puisant dans la tradition musicale des launeddas, instruments à vent originaires du sud de la Sardaigne…

Écheveaux de l’authentique (objets trouvés, histoires glanées, archives exhumées, traditions consignées) tissent la trame d’un romanesque vertigineux où le thème de la guerre occupe aussi l’écran. Restes glanés sur les champs de bataille, uniformes chinés, copiés, transformés, reprises de séquences cultes de La Grande Illusion de Jean Renoir devenues Répliqûre chez Aubry qui y campe le personnage de Pierre Fresnay… C’est parfois drôle. C’est surtout grave, profond, tragique comme le sont les jeux d’enfants.

Par quatre Chemins, autour du portrait de François Ier par Titien (1539)

Du 9 février au 19 mai 2019

Dans le cadre de l’opération pilotée par le ministère de la Culture intitulée « Le catalogue des désirs », visant à faire circuler au sein des territoires les chefs-d’oeuvre des collections nationales françaises, la candidature du musée d’Évreux a été retenue.

L’emblématique Portrait de François Ier, réalisé par Tiziano Vecellio (1488-1576), dit Titien, peintre des princes et prince des peintres, est donc présenté à Évreux du 9 février au 5 mai 2019.

Portrait François 1erUne invitation à décrypter un chef-d’oeuvre des collections nationales
La présentation exceptionnelle de ce chef-d’oeuvre de la Renaissance est prétexte à des digressions autour de la représentation de la figure du souverain, de l’institution du Français comme langue unificatrice de l’État (Villers-Cotteret, 1539), de la figure de Claude d’Annebault (1495-1552), bailli d’Évreux et conseiller favori de François Ier, et de la fortune du tableau de Titien, l’un des plus copiés de l’histoire de la peinture. La venue du tableau de Titien au musée d’Évreux, est l’opportunité également de poursuivre le travail sur la première Renaissance en Normandie initié en 2017 avec l’importante exposition « Une renaissance en Normandie. Le cardinal Georges d’Amboise bibliophile et mécène ».

Le portrait de François Ier par Titien : une image du pouvoir

Le portrait de François Ier (1539) est commandé par le poète et écrivain satirique italien Pierre l’Arétin au Titien (Pieve di Cadore, vers 1488 - Venise, 1576) pour s’assurer les bonnes grâces du roi. Le peintre, ne pouvant représenter le roi de France d’après nature, réalise son oeuvre en prenant modèle sur une médaille du grand orfèvre Benvenuto Cellini (Florence, 1500 - Florence, 1571). Le souverain est ainsi représenté de profil. La pose est pour le moins archaïque, même si elle fait pour nous aujourd’hui écho au mode antique de représentation et de diffusion de l’image du pouvoir.

Des liens étroits entre François Ier et le territoire ébroïcien
D’après les sources locales, François Ier serait venu par deux fois à Évreux. Il entre une première fois dans la ville le 9 septembre 1517. Le roi reviendra des années plus tard, en septembre 1540, alors qu’il prend l’initiative de la mise en place à Évreux d’un tribunal de l’Inquisition pour toute la Normandie. À l’époque de cette visite du roi à Évreux, son plus proche conseiller, spécialiste des questions italiennes, n’est autre que Claude d’Annebault (1495-1552), bailli d’Évreux de 1532 à 1545, et lieutenant général de Normandie. Le couple François Ier et Claude d’Annebault, apparait, à la génération suivante, comme une sorte de double séculier de Louis XII et de Georges d’Amboise avec le tropisme italien et l’importance politique de la Normandie.

Un riche programme d’activités autour de l’exposition
Conférences, visites guidées, dispositifs audioguidés trilingues (français, anglais, italien), journal d’exposition, concert permettront au plus grand nombre de découvrir et de s’approprier ce chef-d’oeuvre du Titien. Des ateliers pour le jeune public et les groupes scolaires sont également proposés par le Service des publics du musée.
Profitant de la venue exceptionnelle de ce chef-d’oeuvre à Évreux, le musée a également sollicité le comédien et metteur en scène Benoît Marchand afin de développer un projet inédit d’écriture et de théâtre avec les élèves d’une classe de l’école Clos-au-duc d’Évreux. L’association des Amis du musée d’Évreux a accordé un généreux mécénat pour la réalisation de cette action. Rendez-vous à la prochaine Nuit des musées pour découvrir le fruit de leur travail !

Visites :

  • Samedi 9 février à 11h30 : inauguration
  • Dimanche 10 février 15h00 : visite inaugurale par Florence Calame-Levert (commissaire de l'exposition)
  • Du dimanche 3 mars au 7 avril à 15h00 et 16h00 : visites guidées du Services des publics
  • Dimanche 5 mai à 15h00 : visite de clôture par Florence Calame-Levert (commissarie de l'exposition)

Ateliers du mercredi :

Les ateliers sont gratuits et se déroulent sur simple réservation au 02 32 31 81 90

  • "Aux sources du portrait" Mercredis 13 et 20 février de 10h à 11h pour les 3-6 ans et de 14h30 à 16h00 pour les 7-12 ans
    La venue exceptionnelle du tableau représentant François Ier peint par Titien en 1539 devient prétexte à la découverte de l'art du portrait. Jeux d'observation dans les collections et expérimentations amèneront les enfants à découvrir le caractère exceptionnel de cette œuvre habituellement présentée au musée du Louvre.
  • "En chemin avec Titien" : Mercredis 10 et 17 avril de 10h à 11h pour les 3-6 ans et de 14h30 à 16h00 pour les 7-12 ans.
    Les enfants découvrent la vie du tableau de Titien représentant François Ier de sa création en 1539 jusqu'à se venue au musée d'Évreux en 2019. Un jeu d'énigmes original qui invitera les enfants à regarder une œuvre d'art autrement.

Conférence

  • Dimanche 24 mars : "François 1er, souverain bibliophile" par Maxence Hermant, conservateur, département des manuscrits, Bibliothèque nationale de France.

Événement : nuit des musées samedi 18 mai

Lors de la prochaine Nuit européenne des musées, le musée vous propose de prolonger l'exposition ! Musique et théâtre vous invitre à revivre la venue exceptionnelle du Portrait de François Ier par Titien à Évreux.
Concert, l'antiquité retrouvée : de Jupitre à François 1er par Roula Safar.

Théâtre, reprensation théâtral par les élèves d'une classe de l'école Clos-au-Duc d'Évreux. Les élèves présenteront les travaux réalisés en 2018-20109 aurout du Portrait de François Ier lors d'un projet d'écriture et de théâtre avec le comédien et metteur en scène Benoît Marchand.

Dernière mise à jour le 06/02/2019