L'Habit

Maire : Jean-Pierre Pichois
532 habitants

Site internet de la commune

> lhabit27info.fr

Voir l'image en grand

Cité à partir du milieu 15ème. Commune sans église : l'église Saint-Eloi 16ème a été détruite au 19ème. Le mot français habit vient du latin habitus qui signifie manière d'être habituelle d'où très tôt le sens de vêtement, et on comprend aisément comment des dérivés se sont spécialisés dans le sens d'habitation ou d'habitude. S'agissant d'un nom de lieu, c'est évidemment le sens d'habitation qu'il faut retenir, l'endroit où se rouve un habitat. Le Dictionnaire des Postes de 1885 ne signale que deux autres « L'Habit », dans la Sarthe et en Charente. Le nom de cette localité n'apparaît pas dans les documents écrits avant le XVeme siècle; on le trouve en 1406 sous la forme Habitus. Ce lieu est à nouveau cité en 1456 sous la forme de Labit. Le Labit apparaît enfin en 1469 dans la montre (revue militaire) générale des nobles du bailliage 'Évreux. On dit donc Le Labit depuis le XVèmesiècle au moins, mais comment en est-on venu à l'orthographe extravagante « Le L'Habit » qui fait se succéder deux articles et trois majuscules? Hormis le nom des grandes villes, l'orthographe des noms de lieux était beaucoup moins bien définie parce que ces noms étaient rarement écrits. Dans le cas présent on a donc retrouvé Habitus en 1406 et l'orthographe correcte qu'il convenait d'homologuer était donc « L'Habit » Mais les gens simples sont entêtés et il se trouve qu'ils avaient l'habitude depuis quatre siècles de ommer le lieu de leur demeure Le Labit, ils ont persisté laissant aux savants le soin de l'écrire à leur guise. Pour Le L'Habit le résultat est incontestablement bizarre mais a du charme, car témoin du passé d'une localité qui n'a guère laissé de traces dans l'histoire, mais lui confère la particularité de porter un nom unique en France, ce qui n'est pas si fréquent.(Archives départementales de l'Eure octobre 1996)

Voir l'image en grand

Le village est situé dans une éclaircie de la forêt d'ivry et ne possède plus d'église, celle-ci ayant été détruite. L'église Saint Eloi était située au Bas L'Habit, près de la route de Mouettes, et comprenait un vaisseau rectangulaire en moellons terminé par une abside à 3 pans et datait de la seconde moitié du XVIème siècle; six baies cintrées à remplage Renaissance l'éclairaient. Le patronage appartenait au seigneur du lieu : la famille de l'Estang, du XVIème siècle à la Révolution. Les armes de cette famille étaient « de gueules au chevron d'or, accompagné de trois rosés d'argent ». L'édifice désaffecté à la Révolution, fut en partie détruit au début du XIXème siècle, la localité fiât alors rattachée pour le culte à Bois le Roy. Les derniers vestiges furent abattus en 1885 lorsqu'à son tour le cimetière qui l'entourait fut désaffecté et transféré aux Brûlins, partie haute du village, juste en face de celui de Bois le Roy.

La localité s'est développée le long de la « Grand-rue » débutant au Bas L'Habit et s'achevant à Bois le Roy; la construction de la mairie-école vers 1885 a déplacé le centre du village du Bas-L'Habit siège de la paroisse, aux Brûlins.

Avec l'avènement de l'ère industrielle à la fin du XVIIIème siècle et encore plus au XIXème siècle dans les campagnes, débuta une période faste pour l'Habit avec l'installation de manufactures de fabrication de peignes et d'ateliers de fabrication d'instruments à vent. Elle se traduisit par la construction de nombreuses demeures, et le Maire de cette époque Monsieur Désiré Peltier, directeur de l'école laïque de la Troisième République et ami de Victor Hugo, qui, invité à inaugurer l'école en 1886 et n'ayant pu venir, envoya une lettre à l'intention des enfants de l'école: « Je n'ai pas Monsieur le maire d'autre secret à donner à l'enfance que celui-ci : l'homme ne doit perdre l'innocence que pour gagner la vertu ».

Patrimoine et tourisme local

Dernière mise à jour le 09/01/2017